Connecte-toi avec nous

Internationale

France / Une étudiante meurt d’une crise cardiaque : l’université reconnaît l’absence de défibrillateur

Publié

sur

Ses camarades dénoncent un manque de matériel alors qu’aucun défibrillateur ne se trouvait sur le site Fromont où la jeune femme avait cours.

Une étudiante en master 1 de Sociologie est morte à l’université de Tours à la suite d’une crise cardiaque le mercredi 14 octobre dernier. Le drame s’est produit sur le site Fromont, l’une des antennes de la fac située rue d’Entraigues en plein centre-ville, rapporte Pauline*, l’une des élèves de l’établissement.

«Pendant un cours, une des élèves a fait un malaise puis un arrêt cardiaque», raconte Pauline, en licence d’histoire. «Tous les élèves de sa classe ont cherché un défibrillateur qu’ils n’ont jamais trouvé. La fac n’a pas mis à disposition de défibrillateur pour ses étudiants et étudiantes.»

Selon France 3, les camarades de la femme de 30 ans lui ont prodigué les premiers soins, se relayant pour lui faire un massage cardiaque en attendant les secours. En parallèle, ils ont cherché à prévenir l’université qui, selon nos confrères, «est restée injoignable pendant près d’une heure».

Au Figaro, l’université assure qu’en effet «il n’y avait pas de défibrillateur sur ce site contrairement aux autres» et que la commission de sécurité de l’établissement «a évidemment donné un feu vert pour l’exploitation du site». C’est le professeur qui, toujours selon l’université de Tours, a appelé les secours «très rapidement».

Les étudiants déplorent un manque de matériel

Les pompiers, une fois sur place et «ralentis par des ascenseurs non fonctionnels» (ainsi que le rapportent ses camarades) parviennent à ranimer l’étudiante avant de l’emmener au CHU où elle est malheureusement décédée.

Dans un texte partagé sur Facebook, les élèves en filière Sociologie déplorent un manque de matériel et de moyens. «Le site Fromont décrépit. Tant structurellement que matériellement. Les ascenseurs n’étaient pas disponibles (plus aux normes) et un défibrillateur absent ont entraîné ce drame d’une atrocité sans nom.»

Les étudiants affirment dans cette même lettre qu’«il n’existe pas à proximité, de personnel formé aux soins des étudiant.es, que ce soit en cas de danger ou non». Le site Fromont est fermé jusqu’à nouvel ordre. Une cellule d’écoute psychologique a été mise en place pour recevoir les étudiants.

Source : etudiant.lefigaro

Publicité

NOS PARTENAIRES

Publicité