Connecte-toi avec nous

Internationale

France / Un professeur de l’université de Bretagne qualifie des étudiants de «quasi-débiles»

Publié

sur

Dans un mail qui a fuité, un maître de conférences de droit, économie et gestion fustige le niveau des étudiants et la triche généralisée durant les examens à distance.

Le texte a fait grand bruit au sein de l’Université de Bretagne occidentale (UBO) à Brest. Comme le rapporte Le Télégramme , un maître de conférences de droit, économie et gestion a rédigé un courriel féroce critiquant le niveau des étudiants, la triche, mais aussi, la gestion de la présidence et de l’administration. Un mail qui a fini par fuiter…

«Chouette auditoriat, de quasi-débiles pour certains qui ne savent pas comprendre le sens d’un texte simple et ânonnent en lisant.» C’est ainsi que l’enseignant décrit les étudiants de son université qu’il considère comme une «Zone Universitaire Prioritaire» ne valant «pas un pet de lapin». Enfin, le maître de conférences a regretté les «fraudes de masse» aux examens organisés en distanciel l’année scolaire dernière. C’est après en avoir informé la présidence que l’enseignant a d’ailleurs fait l’objet d’une procédure disciplinaire en février dernier.

«Le mal est profond»

Dans son courriel, le maître de conférences critique également le «plan PARI» (Programme d’ajustements en vue d’une reprise des investissements) qui, selon le syndicat Une Alternative pour l’UBO, prévoit de supprimer 1/12e du volume horaire des formations. «Venez quand même chez nous», fustige ainsi l’enseignant dans son mail, «même si vous êtes médiocres (…) En plus, les cours sont allégés».

Dans un entretien à Télégramme, le maître de conférences dit «assumer totalement le contenu» de son texte: «Le mal est profond, vient d’avant l’université. Il y a un effet domino dans la médiocratie, avec des gamins qui entrent au collège en sachant à peine lire. Et l’hypocrisie généralisée veut qu’on s’adapte chaque année au niveau de l’échelon précédent.»

«Ces propos sont une honte», a réagi dans un communiqué le syndicat Une Alternative pour l’UBO, à propos du courriel. «Ils sont d’une extrême violence et condescendance vis-à-vis des étudiant·e·s qui sont ici insulté·e·s (…) Le silence de la Présidence de l’Université, qui a également reçu ce mail, est dur à supporter.»

Source : etudiant.lefigaro

Publicité

NOS PARTENAIRES

Publicité
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com