Connecte-toi avec nous

Internationale

France / Les Mines de Saint-Etienne créent une vidéo de réalité virtuelle pour prévenir les violences sexuelles

Publié

sur

Pour mieux sensibiliser les étudiants et son personnel aux violences sexuelles, le campus de Mines Saint-Etienne a mis au point un programme en réalité virtuelle.

La chambre est petite et sombre. Seule la lampe de chevet permet de distinguer un étudiant en boxer, assis au bord d’un lit dans lequel se dessine la forme d’un corps sous une couette. Il regarde la caméra. «Je pensais que t’étais ok. Jveux dire… On a dansé toute la soirée ensemble. J’ai un peu trop bu, je m’en suis pas rendu compte. Mais ce qui est sûr, c’est que j’avais pas envie de te faire de mal. Jte jure.» Il se lève, se rhabille, et part. Fin de la séquence. Visible en immersion à l’aide de lunettes de réalité augmentée ou sur ordinateur, «Le consentement», nom de cette vidéo de 20 minutes, fait se mettre l’utilisateur dans la peau de Léa, une étudiante d’une vingtaine d’années en école d’ingénieurs, dans plusieurs situations qui ont trait à sa vie étudiante. Les étudiants et personnels de l’école d’ingénieurs des Mines Saint-Etienne ont testé, mardi 19 octobre, leur nouvel outil de prévention des violences sexistes et sexuelles en réalité augmentée mis au point avec l’entreprise lyonnaise Reverto. Une innovation en appui d’une cellule d’écoute déjà en place au sein de l’école.

«L’idée est de parler aux étudiants avec un discours adapté et pas moralisateur», explique Hélène Pangot, préfet des études aux Mines Saint-Etienne et responsable de la Mission diversité. À partir de la mi-novembre, les 250 élèves (dont 20% de femmes) de première année des deux campus de Mines Saint-Etienne (Saint-Etienne et Gardanne) seront sensibilisés à l’aide de cet outil. Avant, pendant et à l’issue du visionnage, les étudiants sont accompagnés par des psychologues. «Le message à faire passer c’est: tolérance zéro», affirme Hélène Pangot. Dans un premier temps, seuls les élèves de Mines Saint-Etienne auront accès à la vidéo qui a vocation à s’étendre aux autres Instituts Mines-Télécom.

Prendre à bras-le-corps les violences sexuelles

L’année universitaire 2020/2021 a vu la parole étudiante se libérer. En octobre, une enquête interne à CentraleSupélec a révélé que sur 659 répondants, 28 disent avoir été victimes d’un viol, 71 d’une agression sexuelle et 74 de harcèlement sexuellement au cours de l’année 2020-2021. Jeudi 30 septembre, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal a annoncé le lancement de trois missions d’inspection: «L’année 2021 doit être l’année où la tolérance zéro cessera d’être un simple principe pour devenir une ligne de conduite claire et unanime.»

Les étudiants ont participé aux tournages

Même si les mots et les situations peuvent choquer, cette vidéo a été conçue avec l’aide des étudiants, et représente bien leur univers, jusqu’à leurs traditions, leur façon de parler. «Nous avons organisé des réunions avec Reverso, qui nous a demandé d’écrire des scènes, des verbatims qu’on voulait inclure dans la vidéo», raconte Camille, 21 ans, en deuxième année qui a pris part au projet. Les étudiants ont participé aux tournages en tant que figurants aux côtés de comédiens et une partie de la vidéo a été filmée sur le campus de Saint-Etienne.

Elle commence dans une salle de classe. Léa, entourée d’amies, est en cours. Derrière elles, deux étudiants discutent: «-On la met combien sur le classement déjà? -Téma ce boule.» Réaction outrée des filles qui se retournent. «Un jour, on pourra rêver que des blondes puissent faire des équations différentielles», sermonne l’enseignant voyant les jeunes femmes réagir aux propos de leurs camarades. Les voilà à la cafétéria du campus. Léa déjeune. Deux garçons entrent, discutent de la soirée qui aura lieu plus tard. Les filles insistent pour que Léa vienne. «Faut que tu t’intègres à la promo», disent-elles. «Tu vas finir par foutre la honte à ta marraine à force de ne jamais venir en soirée», lui lance une étudiante plus âgée.

La soirée commence au «before». Une dizaine d’étudiants se retrouvent dans un local d’association. Léa est assise, à sa gauche un garçon la colle. On lui fait la remarque. «C’est quoi ces réactions de coincés», répond-t-il en se levant. Un autre, Thomas, prend la relève et parle à Léa. On lui intime de faire la «Danse du Limousin» dans laquelle il doit se déshabiller. Il refuse. «Il a pas d’organe, cet homme est une femme», chantent les autres. La soirée commence. Le groupe se retrouve dans un sous-sol aux murs éclairés par des projecteurs. Par-dessus la musique, Léa discute avec Thomas. Elle est éméchée, veut rentrer. Il la raccompagne. La séquence suivante, l’étudiant se rhabille. Le lendemain, Léa est en cours, sans ses amis autour d’elle. Un trouble la saisi alors que tous ses camarades la scrutent. On entend leurs commentaires: «Si tu veux pas coucher, faut pas picoler», «Jsuis sûr qu’il a pas abusé», «tu lui fais boire deux vers, elle te suce» ou encore «t’es sûre que tu te souviens vraiment de tout?»

À la fin des séquences, l’étudiant qui visionne est interrogé sur son ressenti avant de répondre à des questions sur ce qu’il vient de voir sous la forme d’un QCM: «A quoi correspond ce que vous venez de voir? A/ Du harcèlement B/ Un viol C/ Rien…» Des articles de lois viennent étayer les réponses.

«On sort du bourrage de crâne ou de la discussion entre l’administration et les élèves»Camille, étudiante aux Mines de Saint-Etienne

Sur ordinateur, la souris permet de bouger la focale de la caméra – les yeux de Léa – ce qui donne une vision à 360 degrés et à différents niveaux de proximité. L’efficacité de ce nouvel outil est certaine, selon Camille. «D’une part, on peut s’identifier. Ensuite, il s’agit ici d’un projet pour les étudiants fait par des professionnels. On sort du bourrage de crâne ou de la discussion entre l’administration et les élèves».

Source : etudiant.lefigaro

Publicité

NOS PARTENAIRES

Publicité
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com