Connecte-toi avec nous

Internationale

France / Concours commun des IEP: les dates des épreuves dévoilées

Publié

sur

Le réseau ScPo annonce «remettre à l’honneur» les épreuves écrites au concours commun des 7 Sciences Po en région.

En mars dernier, les candidats aux Instituts d’études politiques (IEP) de région ont vu le concours commun annulé. En raison de la crise sanitaire, l’admission reposait sur une épreuve à distance et le dossier scolaire. Qu’en est-il cette année? Le réseau ScPo a publié les nouvelles modalités du concours 2022 pour les 7 Sciences Po (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse). «Nous remettons à l’honneur nos épreuves écrites en ajoutant des notes du bac et du lycée», est-il indiqué dans un communiqué.

Les épreuves écrites se dérouleront sur une journée qui pourra avoir lieu entre le 23 avril et le 7 mai, en présentiel. Au programme, trois exercices:

■ Questions Contemporaines: l’épreuve dure 3 heures et son coefficient est de 3. Les thèmes sont: «Révolutions», «La peur».

■ Histoire: l’épreuve dure 2 heures et son coefficient est de 3. Le programme à réviser est celui de l’enseignement commun de terminale générale: «Les relations entre les puissances et les modèles politiques des années 1930 à nos jours» et «Histoire politique, sociale et culturelle de la France depuis les années 1930».

À noter que pour ces deux évaluations, une bibliographie «indicative» sera publiée sur le site du Réseau ScPo.

■ Langue vivante: l’épreuve dure 1 heure et a un coefficient de 1,5. Elle consiste en des exercices de compréhension et un essai.

Ainsi, explique Pierre Mathiot, directeur de l’IEP de Lille, les évaluations écrites pèsent davantage que le dossier: «Elles comptent pour environ 80% de la note finale. C’est l’inverse du concours 2021.»

Les notes du bac

S’agissant des notes du lycée et du bac, qui viennent compléter ces épreuves, seront prises en compte:

■ La moyenne des notes de bulletins de terminale des langues vivantes A et B (coefficient 0,5).

■ La moyenne des deux notes obtenues aux épreuves finales des enseignements de spécialité 1 et 2 (coefficient 1).

Pas d’épreuve orale

Il n’y aura pas d’épreuve orale. «Les épreuves écrites, qui sont anonymes, me semblent plus respectueuses du principe d’égalité républicaine», explique Pierre Mathiot. Finalement, remarque le directeur de l’IEP, le concours commun est celui qui était prévu l’an dernier si la crise sanitaire n’avait pas eu lieu.

«Ce concours est le résultat d’un arbitrage entre différents éléments: nous voulions garder une exigence en organisent des épreuves écrites qui requièrent un programme de révision», explique Pierre Mathiot. «Et, en même temps, nous voulions prendre en compte les notes du nouveau bac.»

Et si la crise sanitaire sévissait? «Alors, les modalités du concours seraient celles de cette année»: au moins une épreuve écrite à distance et l’évaluation du dossier scolaire. «Nous serons prêts. L’an dernier, nous avons enregistré 13 000 copies en une heure sur notre logiciel», explique Pierre Mathiot qui se félicite du nombre de candidats. «Malgré un concours qui exigeait la rédaction d’une épreuve, ils étaient 14 000 lycéens à vouloir le passer. Nous n’avons eu, sur l’évaluation écrite, que 1% d’absents.»

Source : etudiant.lefigaro

Publicité

NOS PARTENAIRES

Publicité
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com